"Comment je suis devenu un pro" :

Marc PetitjeanJ'ai appris à pêcher comme les enfants dans le film "Et au milieu coule une rivière". Il a environ 35 ans - quand j'étais un enfant de sept ans - mon grand-père m'emmena pêcher pour la première fois, en France, où nous vivions. J'étais autorisé à attraper de petits poissons-appâts. Quelques années plus tard - avec des bras un peu plus musclés - j'ai attrapé ma première truite et m'en souviens encore comme si c'était hier. La canne mesurait 4 mètres, était en bambou et l'appât était une mayfly naturelle (Ephemera danica) qui devait être manipulée aussi attentivement qu'un flocon de neige.

Mes premières expériences de pêche à la mouche se sont faites avec la vieille canne de mon grand-père et une ligne encore plus vieille qui devait être graissée tous les cinq ou dix lancers! Ce n'était pas un équipement très efficace pour attraper les poissons, mais j'ai appris beaucoup! En Suisse, où je vis depuis 1978, j'ai eu mon premier contact avec une mouche CDC. C'était lors d'un dîner entre pêcheurs où mon ami Bruno - qui avait une mauvaise vue - m'a demandé de lui monter une mouche visible qui flotterait bien. Comme j'étais fier de cette demande et que je ne voulais pas perdre la face, j'ai commencé à étudier les mouches CDC locales. Ces modèles utilisaient des plumes de cou, pas d'ailes et des corps classiques fait de soie et d'autres matériaux. Inquiet, n'ayant pas envie de copier ces mouches locales, j'ai développé un nouveau concept qui montait aussi le corps avec une plume CDC. Ce concept produisit un corps parfaitement conique, qui flottait même dans les vagues et les rapides. Bruno, et plus tard d'autres pêcheurs en Europe, étaient satisfaits de cette nouvelle manipre de monter une mouche simple et efficace. Je suis monteur de mouche professionnel depuis 1990 et aujourd'hui encore de nombreux pêcheurs à la ligne sont convaincus que ces petites plumes sont les meilleures qu'un pêcheur à la mouche peut attacher autour d'un hameçon. Elles sont bonnes pour les mouches sèches, les emergers, les nymphes, les streamers ou les mouches saumons. Je les adore et je pense que vous les aimerai aussi.

Marc Petitjean

L'histoire du CDC :

Comme le célèbre couteau suisse ou les muesli, le duveteux CDC est également un produit typiquement Suisse. CDC est une abréviation de "Cul de Canard". Pas directement sur le postérieur, mais au sommet de la queue du canard il y a des glandes de lissage qui sont imperméables et rendent l'oiseau d'eau imperméable. Autour de cette glande se trouvent à peu près deux douzaines de petites plumes: les CDCs. Elles sont duveteuses et grâce à leur imprégnation naturelle elles absorbent très peu d'eau. Les plumes CDC donnent un effet naturel qui imite les ailes de nombreuses mayflies et autres insectes à la perfection. Par contraste avec les plumes de coq, les plumes CDC ont de très petites barbules qui bloquent l'air et augmentent la flottabilité. On ne sait pas qui a créé le premier modèle.

En 1920, les monteurs de mouche suisses Maximilien Joset de Courfaivre et Charles Bickel de Valorbe attachèrent la première petite série de mouches CDC qui trompèrent les truites intelligentes et soupçonneuses de la région du Jura Suisse. Le corps de ces mouches était fait de raphia et de fil. Ces mouches n'avaient pas d'ailes et juste une plume CDC au lieu d'une plume de coq enroulée autour de l'hameçon de manière classique. Après une utilisation locale en Suisse pendant plus de 50 ans, Marjan Fratnik de Slovénie trouva une nouvelle manière d'utiliser les plumes CDC en 1983. Il utilisa les parties du haut des plumes CDC pour imiter la forme des ailes caddies. La prochaine grande étape dans l'évolution des modèles CDC eut lieu quelques années plus tard en Allemagne. Gerhard Laible utilisa juste les barbules des plumes CDC en longues doubles boucles.

En 1985, Laible allongea les courtes plumes CDC d'une manière qui permit aux monteurs d'utiliser ce matériel de la même manière qu'on utilisait les longues plumes de cou de coqs pour faire différents types d'ailes. La dernière étape arriva en 1986 - à nouveau en Suisse - quand Marc Petitjean eut l'idée d'utiliser des plumes complètes pour le corps. Cecil avait plusieurs avantages majeurs. En premier, la flottabilité des mouches augmenta de manière importante et les hackles n'étaient plus une "obligation". En second, la forme naturelle de la plume aida à créer une forme de corps conique, critique pour surmonter la vigilance des truites. Parce que la flottabilité de ces corps les ailes peuvent être attachées avec une ressemblance remarquable aux mouches naturelles!