Click on the article's images to see it at readable size.

Magic Head pour magic flies

La dernière trouvaille de Marc Petitjean ? Une collerette qui rajoute de la vie dans l’animation de vos mouches. Enreivière, en reservoir ou en mer, la Magic Head assure.

Chaque monteur a un cursus, une démarche, une voie. Marc Petitjean ne déroge pas à cette règle. Pour lui, une mouche doit être lancée aisément et pêcher sans pour autant être une copie conforme de la nature. Pour ce faire, il a toujours créé, imaginé, amélioré. Après avoir étudié et exploité le CDC et lancé la célèbre série MP, après avoir proposé tant d’outils comme le Magie Tool, l’étau MP Vice ou la MP Fishing Vest, il restait à Marc un domaine à explorer: les streamers ! Marc a toujours considéré qu’il manquait à l’animation de ces bestioles une troisième dimension… Quand bien même le choix des matériaux reste primordial et participe à l’illusion de la vie.

Sept ans de réflexion

Quelle action le moucheur peut-il avoir sur sa mouche? Contrairement au pêcheur au lancer qui peut appliquer un changement de direction à son leurre, le moucheur, après avoir lancé à plus de 20 mètres, ne peut intervenir ni sur la trajectoire de sa mouche ni sur l’action transversale. La seule opération à sa disposition est liée à la fréquence des tirées et à leur longueur. Même s’il a recours au lestage pour obtenir un mouvement vertical (effet jig). Il fallait rajouter de la vie dans l’animation, donner une amplitude au leurre et faire travailler encore plus les matériaux par la simple action d’une tirée classique pour que le poisson en reste presque bouche bée. Marc a tout naturellement commencé, il y a sept ans, avec une bavette. Mais les inconvénients étaient de taille. E faut une très grande bavette pour engendrer une amplitude de mouvement importante et elle diminue la capacité de l’hameçon à piquer. De plus, le réglage est extrêmement délicat à réaliser et la mouche malaisée à lancer. Et, comble du désespoir, l’ensemble demeure fragile: quand la mouche touche un arbre, un poisson ou autre, elle perd tout son équilibre et se met à vriller. Adapter la bavette à la mouche est une ineptie pour Marc. Il a rangé ses essais dans ses tiroirs, abandonné le projet et est revenu à des streamers de conception plus courante.

L’homme a de la suite dans les idées. Quelques années plus tard, en voyant par hasard un arroseur oscillant, il réfléchit à la force rectiligne de l’eau qui amorce un déplacement latéral de la bavette en plastique. Du coup, il monte des mouches avec une double bavette mobile en forme de V Ça marche très bien le vrillage est minimisé. En revanche, le procédé de fabrication est compliqué (double bavette mobile maintenue par un étrier). Le nombre de pièces est trop important, et dans l’eau la moindre algue en suspension peut bloquer le système. Marc remise l’idée dans ses cartons et patiente encore quelque temps.

Naissance d’une star

Un matin, il se réveille en sursaut et comprend que la double bavette doit se transformer en collerette qui fera le tour de la hampe. A partir de là, la répartition de la pression de l’eau est équilibrée par rapport à l’axe de la mouche. Marc fabrique des moules expérimentaux. Il se rend rapidement compte que les bavettes doivent être adaptées à la taille de l’hameçon. Les essais sont concluants en rivière comme en réservoir. Marc aborde une série de tests, dont l’un d’eux, de son propre avis, est épique: un observateur monte sur une échelle double et regarde le comportement des poissons dans un réservoir. Petitjean, resté au sol, lance sa mouche armée d’une Magie Head retournée (donc sans effet) dans un groupe de poissons. Seuls un ou deux poissons suivent le streamer. Le lancer d’après, il met la Magie Head en action, et ce sont six à huit poissons, dont certains après des déplacements de plusieurs mètres, qui viennent se bagarrer pour la prendre. Le streamer se balade de droite à gauche d’une ma manière très réaliste, imitant à la perfection les poissonnets mis aussi les nymphes ascendantes (comme la damsel fly et la mouche de mai), les nymphes nageuses, les trichos émergeants. Pour Marc cela ne fait aucun doute : au-dela du côté visuel, ce montage comporte un aspect «vibration» important. Après de très nombreux essais et explorations, il sait désormais que le procédé fonctionne avec les nymphes, les noyées, et même des chironomes en bodyglass, donc sans matériaux mobiles. Les applications sont multiples de la mer en passant par le lac, la rivière et le réservoir. D’ores et déjà, des rapports, des mails de remerciements, des coups de téléphone, tous surpris et enthousiastes, en provenance des côtes américaines, Atlantique et Pacifique, de France, d’Australie, du Japon, d’Europe, bref de partout, font état de captures de truites, bars, saumons en Irlande, stripers, black bass, steelhead, truites fario, arc en ciel, tarpons… Grâce à la Magie Head. Le prochain défi de Marc: le gammare et la crevette Magic Head.

La Magic Head est protégée par divers brevets dans plusieurs pays.

Le paquet comprend six pièces. Cinq tailles sont disponibles, allant de 32 à 6/0. Le tout gros R14 (de 1 à 6/0) en contient quatre. Prix: 5 € le sachet. Distribué chez Marryat France, impasse Sainte Barbe, 01160 Priay. Tél.: 04 74 35 40 55. Site: www.marryat france.com

A SAVOIR

Le diamètre de la collerette est très faible par rapport à l’effet produit – ondulations -, ce qui, compte tenu de la grosseur de la mouche, ne rend pas l’ensemble disgracieux. De plus, le lancer est grandement facilité. Bien entendu, la Magic Head peut aussi être utilisé tournée vers l’arrière pour obtenir un autre type de nage, plus classique. Il s’agit alors d’une véritable alternative aux têtes époxy ou softex qui sont parfois fastidieuses à mettre en œuvre. De surcroît, les têtes obtenues avec l’époxy s’avèrent très dures et peuvent occasionner la casse du scion de la canne. Elles sont souvent volumineuses et l’ouverture de l’hameçon s’en trouve réduite. Ce qui est loin d’être un atout et provoque bien des décrochés !

PETITS CONSEILS DE MONTAGE

Tous les hameçons utilisés dans les pages suivantes sont droits. Cependant, la Magic Head (MH) se marie très bien avec les œillets intérieurs comme extérieurs. Il suffit de composer une petite boule en soie derrière d’œillet pour maintenir la MH de façon centrée par rapport à la hampe de l’hameçon, et la monter un peu en retrait de manière à ce qu’elle soit ajustée sur la partie rectiligne de la hampe. Sinon, la MH risque d’être inclinée par rapport à l’axe de l’hameçon. Selon Marc Petitjean, pour déterminer la longueur des fibres afin d’éviter que les poissons recrachent ou mordillent la queue, la longueur de celle-ci doit être égale à la longueur de l’hameçon. En mer, la queue peut représenter les deux tiers de la longueur totale et l’hameçon un tiers. La MH fonctionne aussi très bien avec les tube flies pour le saumon et la truite de mer.

STREAMER BROCHET

Marc aime bien comparer les streamers MH avec des voiliers. L’aile est la voilure et la courbure de l’hameçon, ainsi que le lestage, la quille. En aucun cas cette dernière ne doit être cachée ou perturbée par des matériaux, sinon la mouche se conduit étrangement, pendant du coup une partie de son attractivité. La ligne de flottaison est illustrée par la hampe de l’hameçon. Ainsi toutes ces imitations sont régies selon le même principe : la mouche s’oriente comme un navire et le monteur, en intervenant sur le différents paramètres, lui affecte des mouvements et modulations particuliers. Lors de la finition, l’utilisation de vernis classique est recommandée. Avec les colles ultrarapides, genre cyanoacrylates, attendez la fin du séchage pour manipuler la mouche sinon la MH risque de présenter un aspect laiteux.

STREAMER TRUITE

Le lestage de cette mouche, uniforme sur le corps, permet d’alourdir l’ensemble de façon symétrique par rapport à l’axe de la hampe de l’hameçon. Il peut être utile d’ajuster la MH à la taille de la mouche souhaitée en effectuant quelques retouches. Pour cela, prenez-la entre le pouce et l’index effectuez un coupe au niveau du pavillon de 0,5 à 1 mm. De plus, diamètre a un rôle dans l’animation. Un grand diamètre implique une grande amplitude et une fréquence de déplacement latéral peu élevée ; au contraire, un petit diamètre signifie une petite amplitude et une fréquence élevée.

DAMSEL NYMPHE

L’attraction due à la nage de cette mouche tient en quelques principes : d’abord les yeux sont fixée en dessous de la hampe, ceci pour obtenir l’équilibre «bateau» au quel Marc tient tant. Le corps en ice fur est plat et ne retient pas l’eau. D’où une certaine facilité au niveau des lancers. Ensuite la queue, composée de quelques fibres de marabout, est assez longue et contribue à la nage. Les pattes, en fibres de marabout, sont posées à l’horizontal au-dessus de la hampe. Sinon, suivant leur longueur, elles pourraient provoquer le basculement et le renversement de la mouche.

LEECH

Lors d’un lestage à l’aide d’une bille, la mise en place de celle-ci doit être réalisée de préférence avant de mettre la Magic Head. Ceci afin que la bille soit placée dans le cône. Comme la répartition du poids est effectuée uniformément autour de la hampe, nous n’aurons pas d’effet pervers de vrillage.

CHIRO NYMPHE

Ce montage extrêmement simple doit notamment son attrait à la nage caractéristique due à la Magic Head. Pour plus d’efficacité, ramenez en effectuant des tirées de 40 cm, progressives et continues, entremêlées de stops pendant lesquels la nymphe pourra redescendre légèrement.