Click on the article's images to see it at readable size.

Le FV 100 Just One Bien plus qu’un gilet

télécharger au format PDF
Décidément, Marc Petitjean ne fait rien comme tout le monde, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne s’endort pas sur ses lauriers. Après nous avoir gratifiés d’un somptueux étau, il aurait pu prendre un peu de recul. Que nenni. Cette fois, c’est un gilet qui est sorti de l’imagination du plus français des Suisses. Inspiré du premier modèle qu’il avait créé, il y a maintenant dix ans, ce produit reçoit un grand nombre d’améliorations tant au niveau des matériaux que des assemblages ou des performances elles-mêmes. Fondé sur un système de modules démontables, ce gilet d’un nouveau genre est ajustable en quelques instants et permet de faire face à toutes les situations de pêche. Utilisé complet, il offre les plus grandes capacités pour loger tout le matériel nécessaire à une longue journée de pêche et peut, par exemple, recevoir dans une poche dorsale un imper de wading et / ou un casse-croûte. Sa transformation est aisée. Il suffit de déplacer certaines unités et de les attacher l’une sur l’autre ou de le positionner dans le dos sur des fixations prévues à cet effet (par exemple, celles qui se trouvent derrière la nuque et permettent d’éloigner de l’eau certains matériels).

Jusqu’à 180 mouches

En utilisant uniquement le plastron du gilet, vous avez un « chest pack » qui se fixe directement sur les bretelles des waders, en conservant le module plateau qui renferme trois demi-boîtes pouvant recevoir jusqu’à 180 mouches – vos outils favoris ainsi que vos bas de ligne et bobines étant, quant à eux, logés dans trois petites poches compartimentées. Pour compléter, un jeu de bretelles permet même de fixer un des modules du gilet autorisant les pêches en wading extrême, comme celles sur les flats. En outre, sa taille unique est ajustable. Il renferme encore de nombreuses astuces : dans les rabats des poches de part et d’autre de l’encolure, on trouve deux boutons service amovibles ; à l’intérieur, une poche qui résiste à l’aspersion, bien pratique pour loger le permis ; sur certains modules, les grandes poches horizontales sont équipées d’un système de compartimentation réglable pour s’adapter à la taille de vos boîtes…

A l’usage, ce gilet (mais peut-on encore l’appeler ainsi…) réalisé en Supplex s’avère confortable. Les nombreux rembourrages dont il est pourvu n’y sont pas étrangers. Autant l’avouer, au début, j’ai été un peu décontenancé et perplexe devant toutes les combinaisons qu’il offre. Comparé à un gilet classique, le gilet Petitjean demande un certain temps d’acclimatation, et ce n’est qu’après quelques utilisations que l’on commence à en exploiter toutes les possibilités. Enfin, le FV 100 est pourvu d’une excellente répartition des charges qui contribue encore à l’impression générale du confort qui s’en dégage. A condition d’accepter de faire table rase du passé et d’adhérer au concept, ce gilet offre pas mal de solutions innovantes que l’on aimerait retrouver ailleurs. Pour ma part, j’ai apprécié le confort et l’aspect modulaire. En revanche, j’aurais bien sacrifié un peu de ce dernier point pour gagner en profondeur sur les poches de certains modules. Le FV 100 est destiné à tout le monde, mais avec une petite restriction pour vous, mesdames, qui risquez de rencontrer des problèmes au niveau de la poitrine.